6537 LGBT en Chine

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

LGBT en Chine
Vie gay en Chine à travers un frenchie expatrié là-bas depuis plusieurs années...
LGBT en Asie | 14.11.2013 - 08 h 47 | 3 COMMENTAIRES
Les débuts de ma vie gay

Avant de rentrer dans le vif du sujet et titre de mon blog, je me suis dit que parler un peu de moi pourrait être une bonne idée pour démarrer…

J’ai moi-même fait mon Coming Out assez tard grandement à cause du fait que je vivais en cité et que mon petit frère lui aussi était gay et un peu la « follasse du quartier ». A l’époque j’en avais honte et je rejoignais les autres et le traitais de « tapette », « tarlouze »… Mon petit frère qui en jouait ne se disait pas pour autant homo, il aimait provoquer les gens; c’était son truc. A 18 ans il fit son Coming Out après que tout son entourage l’ait supplié de simplement l’admettre pendant plusieurs années. Son Coming Out du coup n’aura été que la confirmation d’une chose au sujet de laquelle personne n’avait le moindre doute.

J’étais son ainé d’un an jour pour jour. Pas spécialement efféminé je me fis tout de même molester à l’école jusqu’au lycée où les choses se sont un peu améliorées pour moi par la suite. Mes années de 12 à 16 ans auront été une horreur pour moi et je demeure à ce jour traumatisé par cette expérience. Par mécanisme d’auto défense, je m’étais forgé une forte personnalité ; un peu le pervers hétéro qui parle assez facilement de filles, de sexe et j’en arrivais même à rendre quiconque mal à l’aise car la plupart de mes amis étaient « puceaux » moi y compris. A l’époque, je n’avais toujours réalisé que j’étais gay malgré le fait que les sessions dans les vestiaires au moment du sport était l’un des moments les plus attendus pour moi car j’aimai regarder les autres garçons en sous-vêtements. Je pense que j’étais ce qu’on appelle « un gay refoulé », j’avais clairement des attirances pour les hommes mais n’en n’était pas arrivé à me l’admettre à moi-même.

J’ai eu pas mal de petites copines, environs une vingtaine en tout. Ma première histoire sérieuse m’arriva vers 17 ans et je serai resté avec elle pendant un peu plus de deux ans. Elle était une fille très bien et elle fut ma première. Malgré nos rapports sexuels réguliers et sa gentillesse extrême je n’arrivais pas à tomber amoureux d’elle. Je me sentais tellement coupable car je commençais petit à petit à réaliser mon homosexualité. Deux ans plus tard je mettais fin à notre relation. Elle fut dévastée mais elle trouva du réconfort auprès d’un de mes potes avec qui elle resta un peu plus de six mois.

C’était les débuts de l’Internet (1999-2001) en France à l’époque, avoir un ordinateur à la maison était encore un luxe et beaucoup de familles n’avaient pas les moyens de s’en acheter un. Malgré un père radin, j’avais réussi à convaincre ma mère qu’avoir un ordinateur était un outil indispensable pour mes études, ce qui était tout à fait vrai. A l’époque, il n’y avait pas de sites de rencontre gays comme aujourd’hui ou alors je ne les connaissais pas encore. Je faisais très attention car je n’étais pas le seul à utiliser l’ordinateur et mon petit frère gay se battait avec moi pour pouvoir télécharger ses mp3 de Milène Farmer, Madonna, Modern Talking…

En 2000-2001 furent les débuts de l’ADSL, du moins dans la commune où j’habitais; je me doute que dans les grandes villes ont eu accès à toutes ces choses plus rapidement que nous en province (région nantaise). C’est d’ailleurs en utilisant la fonction « chat » de Kazaa, l’utilitaire de P2P que j’utilisais à l’époque que j’ai eu pour la première fois un contact avec un autre homosexuel qui comme moi téléchargeait du porno gay. J’étais rempli de questions et aussi d’incompréhension tellement je ne comprenais pas comment cette personne avait pu trouverle courage de le dire à quiconque; je me retournais en sursaut à chaque petit bruit de peur de me faire surprendre par mes parents ou mes frères et sœur. A l’époque mon frère avait un ami qui s’appelait David. Très mignon et gentil je m’amusais à lui dire: « vas-y avoue que t’es homo, sinon pourquoi tu traînes toujours avec mon frère? » Il était très beau mais ne faisait pas homo du tout. Mon frère l’aimait beaucoup mais ce dernier sortait avec des filles lui aussi et pour tout vous avouer je fantasmais presque sur lui mais il était bien trop jeune pour moi. J’avais 21 ans il en avait 16. Il était brun aux yeux verts, un peu moins grand que moi mais très musclé et un peu typé italien.

Après ma deuxième année de FAC d’anglais, je m’étais décidé à partir en Angleterre pour parfaire ma maîtrise de la langue de Shakespeare et aussi expérimenter avec les hommes loin de toute personne connue. Avant de partir je m’étais confié à ma meilleure amie de l’époque en lui disant que je pensais être bisexuel et que j’allais expérimenter une relation avec un homme quand je serai en Angleterre. Quelques semaines passèrent et me voilà donc parti en Angleterre dans la ville de Leicester où je finis en coloc avec un autre français et un allemand. Près de trois mois passèrent sans que je n’arrive à faire ce fameux Coming Out. Ils étaient de parfaits inconnus lors de mon arrivée et pourtant j’étais incapable de leur dire. C’est à cette période que le fameux Brokeback Mountain sortit au cinéma. Je ne pouvais bien évidemment pas aller le voir au cinéma alors je l’ai donc téléchargé. Je suis un peu sensible mais pas tant que ça mais alors là qu’est-ce que j’ai pu chialer en regardant la dernière cette de ce film tellement je me reconnaissais en l’un des personnages. Ce fut le coup de fouet dont j’avais besoin, je me suis mis en ligne à la recherche de rencontres. Après quelques jours, je rencontrais enfin quelqu’un. Un gars d’origine du Bangladesh. Il était gentil même si pas trop mon type. Je n’avais qu’une envie c’était d’expérimenter la vie de la nuit gay alors quand il me proposa de rester à Londres chez sa sœur c’était l’occasion rêvée et je dis donc « oui » tout de suite.

Le week-end suivant me voilà parti en train pour Londres. Mon amis était parti quelques jours plus tôt et vint me chercher à la gare lors de mon arrivée. En le voyant, ce fut le choc, pire que ce que je m’étais imaginé; Il était de couleur de peu marron foncé, mais aussi petit, un petit peu gros et avec du ventre. Moi qui était grand et mince je ne pouvais simplement pas, mais alors vraiment pas du tout. Il était adorable mais je ne pouvais pas m’imaginer avoir des rapports sexuels avec lui; je n’allais pas me forcer pour lui faire plaisir, ça aurait été lui donner de faux espoirs lui qui cherchait une relation. Le soir même, on avait prévu de sortir en boîte gay, autant dire que j’étais à la fois excité et nerveux car cela allait être ma toute première fois dans un endroit rempli de gens comme moi. Le nom du club était « Heaven », je ne le savais pas encore à l’époque mais il se trouve que cette boîte est de renommée mondiale dont le propriétaire n’est autre que Richard Branson le fondateur de Virgin dont l’homosexualité est de notoriété publique.

J’enseignais le français à Leicester et j’étais assez bien payé aussi quand je sortais je pouvais m’amuser un peu et boire autant que nécessaire pour me sentir à l’aise. Après une dizaine de verres bus au bar à flirter avec les magnifiques barmen torse-nus me voilà parti pour la piste de danse. J’étais déjà bien chaud et cela faisait peut-être une demi-heure que je dansais quand un charmant garçon vint à moi et commença à flirter avec moi. J’étais japonais seconde langue à la FAC et j’avais donc un faible pour les asiatiques et il se trouva qu’il avait l’air un peu typé. Me voyant ensemble avec lui, mon amis chez qui je restais disparu sans un mot et je finis la soirée chez le bel inconnu.

Je n’avais jamais eu de rapport avec un garçon, seulement avec des filles. Je n’étais pas étranger au sexe gay (vive le porno) mais je ne savais absolument pas quelle était mon « rôle ». Ma nouvelle conquête se trouva être des Philippines et s’appelait Christopher. Il avait presque 30 ans et moi 23 ans à l’époque. Il était actif donc vous vous doutez de ce qui s’est passé par la suite. Nous serons restés ensembles jusqu’à mon départ d’Angleterre 4 mois plus tard. Christopher était déjà clairement amoureux et moi très attaché mais je savais que j’allais devoir partir donc je suppose que cela m’aura aidé à me protéger en quelques sortes. Je lui serai toujours reconnaissant de m’avoir initié à la vie « gay »; le milieu et les soirées folles à Soho et toutes ces boîtes gay et afters tous plus incroyables les uns que les autres, le sexe, les drogues…

A mon retour en France, je n’étais plus la même personne. Je savais désormais qui j’étais et il était tant que la famille le sache. Je n’arrivais pas à trouver le courage de le dire à ma mère aussi je le dis à ma petite sœur en premier puis mon petit frère (gay). Mon second petit frère (le plus jeune) surpris les conversations à mon sujet et l’appris sans que je lui ai vraiment jamais dit moi-même. Le jour où je me décidais à le dire à ma mère, je sentais que je n’allais pas arriver à le dire tel quel aussi je me servis quelques verres d’alcool. Une fois le taux d’ébriété requis atteint, je dis à ma mère « Maman, il faut qu’on parle ».

Ma mère très « parano » me dit: « Qu’est-ce qu’il y a? Qu’est-ce qui t’arrive? »
Je luis dis: « Tu sais quand j’étais en Angleterre j’étais avec une fille » (je parlais de Christopher au féminin pour couverture)
Ma mère: « Oh la la qu’est-ce qui il y a? T’as pas choppé le SIDA quand même? »
Moi: « Non non t’inquiètes, rien de très grave, enfin… Bon, je t’ai dit que j’étais avec UNE copine mais en fait il se trouve que c’était UN copain »
Ma mère: « T’es pédé? » les larmes commencèrent à monter « oh c’est pas vrai ! pas deux!  Mais comment c’est possible? Tu aimes les filles pourtant!? »…

La discussion continua un moment. C’était le choc pour toute la famille car tout le monde me croyait hétéro. A la fin de la discussion ma mère me dit:  » Du moment que tu es heureux, c’est le principal », mais malgré cela, elle ne voulait pas qu’on le crie sur les toits. Pour tout vous avouer il m’aura fallu encore plusieurs années après cela pour enfin être confortable avec ma sexualité. Après quelques rencontres qui n’ont pas marché je finis de nouveau célibataire… A peu près à la même période, David, le gosse que je connaissais depuis qu’il était gosse fit sont Coming Out. J’avais 23 ans et lui venait d’avoir 18 ans. Malgré le fait qu’il était majeur, je le voyais toujours comme un gamin de 14 ans et n’envisageais rien du tout avec lui mais cela ne nous empêchait pas de sortir en boîte ensembles à Nantes au fameux Temps d’Aimer. Plus le temps passait plus je flirtais avec lui et un jour je lui ai dit je veux sortir avec toi, sérieusement et il dit « d’accord ».

Ce fut une très belle histoire mais j’avais des projets qui dataient de bien avant lui et c’était trop important pour abandonner. Quelques mois après que l’on se soit mis ensembles, je recevais la réponse de mon école de commerce me disant que j’étais accepté. L’école était à Quimper et cela voulait dire que l’on ne serait pas ensembles la semaine. Je faisais la route tous les vendredi soirs de Quimper pour aller le voir et passer le week-end avec lui. La relation à distance n’était pas facile et plus j’avançais dans mes études plus il commençait à se poser des questions sur nous. En effet j’étais en école de commerce spécialisée Asie où j’apprenais le chinois. Il était prévu pendant la deuxième année que je parte en Chine pour un semestre et là ce fut le début de la fin. Des engueulades à répétitions car il ne voulait pas que je parte… Nous finîmes par rompre après près d’un an et demi malgré le fait que nous étions encore très amoureux l’un de l’autre.

Deux semaines après avoir fini les cours à mon école de commerce j’étais déjà à Shanghai en Chine. Cela fait désormais presque 5 ans que je vis ici. J’ai rencontré mon fiancé ici il y a près de 2 ans maintenant et il se trouve qu’il est aussi Philippin… je ne sais pas si c’est le destin mais je suis désormais très heureux ici en Chine et nous avons prévu de nous marier en France dans un futur proche.

L’homosexualité n’est pas très bien acceptée ici en Asie aussi je garde profil bas au boulot et ne dévoile mon secret qu’à mes collègues proches, car je pourrais facilement me faire renvoyer du jour au lendemain si cela venait à se savoir. C’est aussi pour véhiculer la vie gay d’ici que j’ai créé ce blog en espérant que certains seront intéressés donc je vous dis à très bientôt.

 

LGBT en Asie | 15.11.2013 - 02 h 59 | 1 COMMENTAIRES
Etre gay en Chine: Se qu’il coûte d’être gay en Chine

360_gay_china_wc_0713

Deux couples gay font leur cérémonie de marriage dans une gallerie commerciale pour sensibiliser les chinois sur le sujet du mariage gay, Wuhan, Province du Hubei, Chine. 8 Mars 2011

L’homosexualité en China fut dépénalisée en 1997 mais cela ne veut pas dire qu’être gay pour les chinois est simple. Une chose dont il faut se rappeler c’est qu’en Chine il est y a la politique de l’enfant unique mise en place en 1979 par le gouvernement chinois visant à contrôler la croissance de la population. Cette mesure aura jusqu’à aujourd’hui empêché plus de 250 millions de naissances; oui environ 5 fois la population de la France.

La culture chinoise est très traditionnelle. Le respect de la famille est très fermement ancré dans les mœurs et rare sont les chinois qui osent défier leur parents. Dans les grandes villes, la plupart des familles n’ont qu’un enfant alors quand celui-ci a le malheur des gay c’est le drame car pas de frères et sœurs pour porter le fardeau de devoir se marier et d’avoir un enfant.

Peu de gays chinois osent faire leur Coming Out si bien que tout comme Zhang Xiaobai dans l’article ci-dessous, beaucoup se marient pour faire plaisir à leur parents et vivent un double vie. J’en connais beaucoup moi-même dans cette situation et une fois que leur enfant est né, les réactions de la famille peuvent varier. Dans l’article que je partage avec vous aujourd’hui, c’est le rejet total pour Xiaobai ce qui représente le pire scénario possible où il a tout perdu, mais ce n’est pas un cas isolé du tout et cela représente bien pour une grande majorité ce par quoi passent les homosexuels chinois encore aujourd’hui.

Ceux qui décident de ne pas se marier me disent souvent qu’ils ne feront jamais leur Coming-Out et qu’ils se fichent de mentir à leurs parents toute leur vie. J’ai moi-même un garçon avec qui je suis sorti il y a 3 ans. Un chinois très gentil, marié. Un an après que l’on ait arrêté de se voir, sa femme est tombée enceinte. Peu de temps après la naissance de leur enfant il l’a avoué à sa femme et celle-ci a réussi à l’accepter et sa famille ne l’a pas rejeté mais n’en parle pas tout de même. Cette situation est loin d’être représentative de ce qui se passe ici mais sachez qu’il y a quand même des happy endings tout de même.

J’ai rencontré une fois un jeune homme chinois qui a fait sont Coming Out très jeune et dont la mère était fière; chose quasiment inconcevable ici en Chine et pourtant vraie… J’ai aussi un couple d’amis très proches, un chinois et un portugais dont les parents respectifs sont au courant et ont accepté la situation assez aisément.

L’article que j’ai mis en lien est en anglais et raconte l’histoire d’un jeune de province qui s’est marié en sachant qu’il était gay. Pour ne pas décevoir sa famille et malgré ses attirances pour les hommes il n’a pas trouvé le courage de défier sa famille et a vécu dans le secret les 10 premières années de sa vie. Une fois qu’il rencontra l’amour à Pékin (environ 700km de Wuhan) il se décida à l’avouer à sa famille et là c’est le drame. Sa femme demande le divorce immédiatement et obtient la garde de l’enfant sans grande difficulté et il se fait quasiment renié par sa famille mais continue tout de même à les aider financièrement… c’est fou tout de même non?

http://content.time.com/time/world/article/0,8599,2082914-1,00.html

J’espère que vous aurez aimé ce premier article sur mon blog. Après 4 ans et demi ici je pense ne pas avoir trop mal résumé le climat qui règne ici. Les gays vivent underground et se montrent peu. La scène gay est très discrète et pour la Gay Pride les parades sont interdites par le gouvernement sous peine de prison. Toute propagande gay est quasi systématiquement censurée sur les média sociaux chinois et les médias sociaux comme Facebook et Twitter sont bloqués par le gouvernement et ne sont accessible que via VPN. Malgré tout cela, il y a quand même quelques bars gay et le plus gros d’entre eux à Shanghai est appelé Angel. Angel est en fait un événement gay qui change de boîte de façon régulière après que leur première boîte ait été fermée par le gouvernement. Maintenant, le gouvernement ne peut rien leur faire car les locaux ne leur appartiennent, ce qui est assez ingénieux. Durant les plus grosses soirées, Angel c’est plus de 3000 personnes dans un même endroit ; difficile à croire ? Regardez plutôt la vidéo Youtube:

Club Angel @ Obama

LGBT en Asie | 04.02.2013 - 06 h 35 | 0 COMMENTAIRES
Bonjour tout le monde !

Bonjour,

Je suis désormais expatrié en Chine depuis bientôt quatre ans. Via ce blog je tâcherai de véhiculer les événements LGBT en Chine car même si peu nombreux il y en a toujours.

Je vais poster très bientôt un article sur un mariage gay symbolique qui a été célébré à Pékin. J’ai tenté de transmettre cette news à l’équipe de Yagg pour qu’elle soit publiée sur le site mais je n’ai jamais eu de retour donc je vais poster l’infos moi-même ici!

Publicité
 
À LIRE SUR YAGG
IMAGE_NOT_AVAILABLE
Sport | 2 H 44 | 0 COMMENTAIRES
Vidéo Buzz | 3 H 27 | 8 COMMENTAIRE